Kananga : Dieudonné Nkishi appelle à un geste de solidarité en faveur du village Kambote séparé de la ville par une érosion

Estimated read time 3 min read

« Il faut agir vite pour sauver l’université Notre Dame du Kasayi (UKA) et le village Kambote désormais coupés du reste de la ville de Kananga »

C’est l’appel de Dieudonné Nkishi Kazadi , enseignant des Universités et acteur politique.

Candidat aux législatives nationales sur la ville de Kananga au numéro 223, Dieudonné Nkishi appelle à la solidarité de tous les prétendants dans la bataille électorale au chef-lieu du Kasaï Central de disponibiliser en urgence 1000 dollars américains, chacun, en vue de rétablir rapidement la route qui mène vers le campus de l’UKA engloutie par une gigantesque érosion.

« En tant que fils, je ne peux pas rester insensible face à ce désastre. Tous ceux qui veulent servir la population de Kananga comme élus doivent se sentir interpellés. La bonne manière de se montrer particulièrement solidaire avec la population de Kambote qui nous a déjà lancé un cri de secours depuis deux ou trois semaines, c’est d’agir en sa faveur. Je propose que chaque candidat aux législatives tant nationales que provinciales dans la circonscription électorale de Kananga contribue avec mille dollars pour résoudre cette difficulté. Le nombre que nous sommes, peut faire que nous ayons un montant important qui peut nous permettre d’éradiquer cette érosion d’une manière définitive » a-t-il lancé.

Dieudonné Nkishi estime que ces fonds peuvent être déversés sur le compte de l’université Notre dame du Kasayi et un comité d’urgence de tous les contributeurs peut être monté pour assurer le suivi et la réalisation de ces travaux.

Dès les petites heures de ce dimanche , les habitants de Kambote ( village Perri urbain situé à environ 10 km du centre-ville de Kananga, Ndlr. ) sont coincés pour atteindre le centre-ville de Kananga et ceux qui veulent faire le mouvement inverse sont également pris au piège.

La petite portion de la route de Kambote qui conduit vers le site de l’université Notre dame du Kasayi a été finalement engloutie.

La pluie qui s’est abattue sur Kananga depuis minuit a dicté sa loi.
Il y a deux semaines environ que la menace de progression de cette ancienne érosion négligée s’est déclarée.

Le gouverneur Kabeya a « visiblement snobé les appels au secours des populations de cette partie du chef-lieu du Kasaï Central en détresse.  » estime un enseignant du collège Bandayi à quelques encablures de Kambote.

Après s’y être rendu la semaine dernière pour son constat, l’autorité provinciale n’a envisagé aucune solution d’urgence avant que la situation ne pourrisse, regrette-t-on

Van Frédéric Tshilanda.

+ There are no comments

Add yours